• Bansky, les pigeons, par Frido Duchemann

     

    Biographie:

     

    Bansky est le pseudonyme d'un artiste connu pour son art urbain et pour ses peintures. Il est né en 1974 et il est originaire de Bristol, une ville réputée pour son effervescence musicale, dans le sud-ouest de l'Angleterre. C'est sur les murs de sa ville natale qu'il réalisa ses premières œuvres. Parmi ceux qui l'ont fortement influencé figure un français, Blek le rat, rompu à la technique du pochoir, et qui s'est fait connaître à Paris au début des années quatre-vingt.

    Dès le début de sa carrière, Bansky utilise lui aussi une combinaison originale de pochoirs et d'écrits, reconnaissant lui-même qu'il n'est pas forcément très à l'aise avec une bombe aérosol. Quand il était jeune, il appartenait à un groupe de graffeurs, le Bristol's Drybreadz Crew, et se faisait souvent prendre car il opérait très lentement.

    C'est pour cette raison qu'il s'est mis à privilégier la technique du pochoir et celle de l'installation, concept assez vague, qui consiste notamment à créer une œuvre en y incluant des éléments déjà présents dans l'environnement, comme sur cette œuvre réalisée à New-York :

     

     

    Son art est résolument engagé. Bansky fait passer des messages humoristiques à caractère politique et antiraciste.

    Une de ces œuvres a récemment fait la une de nombreux médias, après avoir été effacée par les autorités de la ville, en dépit de sa valeur estimée (environ 500 000 euros). Bansky avait choisi la ville de Clacton-on-Sea, située sur la côte est de l'Angleterre, parce que le maire de la ville avait récemment changé d'étiquette politique en rejoignant l'UKIP, un parti d'extrême droite. Dans cette œuvre que nous allons étudier, il a voulu attaquer l'hostilité des habitants de Clacton-on-Sea envers les immigrés.

     

     

    Les pigeons, Clacton-on-Sea :

     

    Bansky, les pigeons, par Frido Duchemann

     

    Cette œuvre a été réalisée à l'aide de pochoirs. Elle représente un groupe de pigeons qui manifestent avec des banderoles anti-immigration. Ils font face à une hirondelle esseulée. Les messages déployés reprennent les propos des partis xénophobes : « les immigrés ne sont pas les bienvenus », « retournez en Afrique », « Laissez-nous nos vers de terre ».

    Avec beaucoup de cynisme, un habitant de la ville a demandé la destruction de cette œuvre en pointant son caractère « raciste ». Soit cette personne est incapable de comprendre le second degré, soit elle est hostile à l'art et à la liberté d'expression.

    Car le caractère antiraciste de l’œuvre est assez évident. Tout est mis en œuvre dans la composition du dessin pour susciter l'empathie de l'observateur envers l'oiseau migrateur : l'hirondelle, déjà, est autrement plus jolie que les pigeons. De plus, elle est seule face au groupe, prisonnière d'un rapport de force qui lui est défavorable. Elle est également beaucoup plus petite que les pigeons. Enfin, elle oppose son silence au discours hostile de ses adversaires.

    Si Bansky a choisi de représenter l'immigré sous les traits d'une hirondelle, c'est évidemment parce que l'hirondelle est un oiseau migrateur. Mais elle symbolise également l'arrivée du printemps, la saison des fleurs et des amours. Et s'il a choisi de représenter les racistes sous les traits de pigeons, c'est parce que les pigeons sont plus sédentaires que voyageurs. Ils ont également une très mauvaise réputation dans la plupart des grandes villes: envahissant, sale, glouton et batailleur. Le pigeon est aux oiseaux ce que le rat est aux petits rongeurs: une véritable plaie. 

    Quand on sait que la ville de Clacton-on-Sea est aux mains de l'extrême droite, on ne s'étonne pas vraiment que les œuvres d'art soient détruites, surtout si elles véhiculent un message antiraciste. Pour sauver la face, le maire de la ville a prétendu qu'il ignorait qu'il s'agissait d'une œuvre de Bansky, et qu'il serait très flatté d'accueillir l'artiste pour une œuvre plus consensuelle, autrement dit moins politique. Il est assez peu vraisemblable que l'artiste se sente flatté d'une telle invitation.

     

    D'autres oeuvres: 

     

    Bansky est maintenant un artiste au rayonnement international. Parmi ses œuvres qui ont connu le plus grand retentissement, on pense souvent à celles qu'il a réalisées sur le mur de la honte en Palestine, créant des oasis au milieu du béton pour apporter un peu de rêve aux habitants de la région.

     

    Bansky, les pigeons, par Frido Duchemann

     

    Bansky, les pigeons, par Frido Duchemann

    Bansky a également réalisé plusieurs films, dont notamment «  Exit Through the Gift Shop », sorti en 2010.

     

     

     

    Partager via Gmail