• Eve au jardin de Daniel Ternon, Par Priscillia Grondin

     

    Daniel Ternon

     

    Eve au jardin de Daniel Ternon, Par Priscillia Grondin

     

     

    Biographie:

     

    Daniel Ternon est né en 1956 au Havre. Il a étudié la peinture à l’école des beaux-arts de Rouen, de 1974 à 1979. Pendant ses années d’étude, il découvre les galeries parisiennes et les toiles de Di Macio, Roland Cat, Poirier et d’autres peintres qui sont considérés comme des maîtres dans la peinture fantastique et dans l'art du trompe-l’œil. Daniel Ternon aime être en rupture avec les tendances dominantes. Sa représentation si particulière du réel lui permet de donner vie à des mondes imaginaires, mais aussi de ressusciter des mondes tombés dans l'oubli. Il est l'un des rares artistes qui préfèrent emprunter des voies singulières plutôt que de suivre un courant artistique. Daniel Ternon nous surprendra toujours par sa technique, mais aussi par ses thèmes si fantastiques et si envoûtants. On ne peut pas rester indifférent.

     

    L'eau est présente dans tous ses tableaux. Il a un attachement particulier pour cet élément, qui reste dans son esprit indissociable des parties de pêche qu'il faisait avec son grand-père quand il était enfant. Il aime notamment représenter des paysages sous-marins, dans lesquels se côtoient des animaux des profondeurs, des sirènes, des fées de l'eau et des statues représentant des symboles de la paix et de la liberté. Très souvent, le sol marin est recouvert de coraux extrêmement colorés et peuplés de poissons tropicaux. Il crée ainsi des mondes extrêmement sereins, dans lesquels les créatures vivent en harmonie, et où tout semble léger. Cet attrait pour le monde sous-marin se traduit par une omniprésence du bleu dans ses tableaux.

     

    Eve au jardin de Daniel Ternon, Par Priscillia Grondin

     

     

    Mais l'eau est aussi souvent présente dans son oeuvre sous forme de cascades car Daniel Ternon recherche constamment la verticalité. Dans tous ses tableaux, on remarque la présence d'un relief plus ou moins abrupt, qui communique une impression d'immensité.

     

    Il est également passionné par le monde céleste et se plaît à représenter – même lorsqu'on est sous la surface de la mer – des astres qui appartiennent à un univers onirique très étrange. On trouve ainsi, dans certains de ses tableaux, des œufs en apesanteur qui flottent dans le ciel comme des astres mystérieux. Parfois, il nous transporte sur des sphères voisines de la terre, où notre planète trône dans le ciel comme un espace inexploré.

     

     

    Eve au jardin de Daniel Ternon, Par Priscillia Grondin

     

    Dans son œuvre, l'océan et l'espace se confondent, formant un espace harmonieux et indivisible.

     

     

    Tableau  :

     

    Eve au jardin de Daniel Ternon, Par Priscillia Grondin

     

     

     

    Sur ce tableau on voit en premier une cascade qui coule normalement et autour une forêt. Mais quand on regarde bien, l’eau de la cascade provient d’une pomme qui ressemble à un astre, semblable au soleil. Au-dessus de cette pomme, une femme nue tend un bras entouré d'une lumière crue, qui donne le sentiment que la lumière céleste émane du corps de cette femme. Les couleurs les plus présentes sont le vert, grâce aux arbres autour, et le rose orangé, presque rouge, présent dans le ciel et qui se reflète dans l’eau de la cascade. Cette femme est Eve, puisque le tableau se nomme « Eve au jardin  ».

    La présence de la pomme rappelle le mythe biblique d'Adam et Eve. Ils vivaient dans le jardin d'Eden et Dieu avait défendu à Eve de cueillir le fruit défendu, souvent symbolisé par une pomme. Eve, influencée par le serpent, a cueilli le fruit défendu. Son acte constitue ce qu'on appelle le péché originel. A la suite de cet acte, Adam et Eve sont chassés du jardin d'Eden et vont connaître la souffrance.

    Ternon ne représente Eve dans la souffrance. La pomme est intacte, Eve ne l'a peut-être pas encore cueillie. Peut-être Ternon peint-il le jardin d'Eden? Une impression de tranquillité se dégage du tableau, l'eau coule en abondance, le paysage entier ressemble à un paradis.

     

     

     

    Partager via Gmail