• Le turfing ou Turf dancing

     

     

    Le TURF dancing, acronyme de « Taking Up Room on the Floor » (littéralement : prendre possession du sol) , est une danse urbaine née au début des années 2000 dans la ville d'Oakland, en Californie. Elle doit sa particularité à ses influences variées, dans lesquelles le ballet se mêle aux danses de rue. Et si les danseurs n'ont pour la plupart reçu aucune formation en danse classique, son influence est manifeste quand les danseurs réalisent des pointes ou des pirouettes.

    Parmi les principales danses urbaines à l'origine du Turfing, on peut citer le Popping, né avec les musiques funk des années soixante-dix. Cette danse reposait essentiellement sur une technique de contraction et de relâchement brutal du muscle, qui produisait une secousse visible sur les membres du danseur. On retrouve également une forte influence du Locking, cette autre danse associée à la musique funk, et qui consistait, à la suite d'un mouvement ample, à « verrouiller » littéralement le corps : autrement dit à le figer dans une position particulière, durant un court instant. Le Locking associait à ces mouvement plusieurs figures acrobatiques plus ou moins périlleuses. Le Popping et le Locking sont véritablement les ancêtres de la breakdance, telle que nous la concevons aujourd'hui. 

    Les mouvements de contorsion opérés avec les bras proviennent d'un mouvement beaucoup plus récent, apparu également en Californie, et dont la vidéo suivante nous offre un excellent aperçu.

     

    http://www.wat.tv/video/the-art-of-arm-contortion-74p0r_74oz5_.html

     

     

     

    Mais le Turfing relève surtout de la pantomime. Et s'il est difficile pour le spectateur d'attribuer une signification claire aux figures réalisées, elles constituent pour le danseur un véritable mode d'expression. Les danseurs de Turfing nous content des histoires, qu'ils puisent le plus souvent dans un quotidien marqué par la violence et la pauvreté. Dans « Dancing in the rain », la vidéo tournée par Yoram Savion et sa société de production Yak films, le dernier danseur à intervenir a perdu son frère lors d'un accident de la route, dans les journées qui ont précédé le tournage. Cette chorégraphie à quatre est donc un hommage rendu au disparu.

     

     http://www.wat.tv/video/turf-feinz-rip-richd-dancing-74p87_74oz5_.html

     

     

    Pour réaliser cette vidéo, Yoram Savion a placé sa caméra sur un trottoir. Deux danseurs sont à quelques mètres de lui ; et deux autres se trouvent de l'autre côté de la rue. C'est sur eux qu'est braquée la caméra au début du film. Sur la voie qui sépare le réalisateur des deux jeunes hommes surgit une voiture de police, qui marque un arrêt avant de repartir. La caméra se redresse un instant pour filmer les panneaux placés en hauteur, indiquant le nom des deux rues qui se croisent. Alors seulement, le premier danseur, vêtu d'un anorak rouge, et dont la capuche est rabattue sur la tête, esquisse une première série de mouvements. Sa chorégraphie semble débuter par un signe de croix, comme si le danseur rendait religieusement hommage au disparu; puis, d'un mouvement rapide, il se place au milieu de la chaussée, où il s'immobilise un instant. Cette mise en scène permet bien évidemment de situer précisément l'endroit où vivent ces jeunes danseurs ; et surtout, l'endroit où le frère de l'un d'entre eux a péri accidentellement. La voiture de police rappelle, quant à elle, la forte présence policière qui règne dans les quartiers populaires des villes américaines. Lorsqu'on connaît les circonstances qui ont précédé le tournage, on est tenté de voir, dans la posture que prend le jeune homme au milieu du carrefour, un rappel de l'accident survenu quelques jours plus tôt : peut-être est-ce à cet endroit précis, que la vie de son ami s'est brutalement interrompu quelques jours plus tôt.

    Le deuxième danseur prend alors le relai ; il s'appuie sur le premier danseur pour effectuer une rotation sur lui-même avant de se lancer à son tour au milieu du carrefour, en glissant sur la chaussée mouillée à la manière d'un danseur sur glace. Ses déplacements sont lents, fluides, et extrêmement gracieux. Ils contrastent fortement avec les mouvements saccadés, exécutés au début et à la fin de sa partie. Revenu sur le trottoir, les deux danseurs semblent communiquer avec des personnes placées de l'autre côté de la rue. La caméra suit leur regard et découvre deux nouveaux danseurs qui se lancent l'un après l'autre dans de nouveaux mouvements de danse. Le dernier garçon à entrer en scène est le frère du défunt. Il réalise des pointes, en glissant sur le sol, et alterne - un peu comme le second danseur - des mouvements d'une grande fluidité avec des mouvements plus saccadés qui renvoient au popping. Les deux premiers danseurs les rejoignent ensuite, et chacun d'eux réalise une figure acrobatique pour clôturer cette séquence filmée.

    Ces quatre jeunes inconnus ont été vus plus de quatre millions de fois sur le net. Ils ont donc largement contribué à la diffusion d'une danse qui s'est exportée jusqu'en France, puis les Twins, deux frères jumeaux considérés comme les meilleurs danseurs de la planète actuellement, ont réalisé plus tard des chorégraphies assez proches. Leur style se distingue cependant de celui des jeunes d'Oakland par une plus grande technicité et une plus grande rapidité d'exécution.

     

     

     http://www.wat.tv/video/twins-in-treasure-island-full-74p4l_74oz5_.html

     

     

    Le popping:

     

    http://www.wat.tv/video/the-best-popping-dancer-ever-74p1v_74oz5_.html

     

     

    Le locking:

     

    http://www.wat.tv/video/best-locking-dance-lock-74oz7_74oz5_.html

     

    Partager via Gmail